• Béatrice Bertieaux

sous les réverbères . les flocons du silence . seule avec la nuit

Le haïku pour nous aider à saisir l’essentiel, voilà donc l'objet de ce court article.

Je suis toujours émerveillée de constater les bienfaits de la lecture et de l'écriture de ce mini-poème, si simple et pourtant et pourtant.

La simplicité n'est pas un but dans l'art, mais on arrive à la simplicité malgré soi en s'approchant du sens réel des choses. Constantin Brancusi

il a débuté

l’hiver en instantané

l'oubli passé


Lorsque les pensées se disputent la place sur la scène de nos croyances et de nos ressentis, le haïku, poème bref découpé en trois lignes de 5,7 et 5 syllabes, nous contraint à l’essentiel. Le temps de saisir l’instant, le petit vélo ralentit sa course pour accueillir pleinement l’existence, la fulgurance d’une émotion, d’une idée.


Écrire des haïkus lorsque nous sommes dans la confusion, le manque d’inspiration ou le stress nous aide à affiner notre ressenti, à soulever le voile et à mémoriser des événements heureux, à exprimer des silences, ceux-là qui hurlent au fond de nous.

Un bon haiku fait des merveilles sur l’âme fatiguée. Robert Epstein

Le haïku est un genre poétique à portée de tous. Je ne m’étendrai pas ici sur ses origines, les contraintes japonaises, les différences entre la pratique ancienne et contemporaine, entre la méthode japonaise et occidentale. Il existe de nombreux ouvrages et moult sites Internet relatant l’histoire du haïku à travers le monde.

quoiqu’il arrive

la vie d’instant en instant

des sauts de puce


Quand la contrainte pousse à la créativité :


Le haïku est donc un poème bref composé de 17 syllabes réparties comme suit :

  • 5 syllabes

  • 7 syllabes

  • 5 syllabes


Une certaine souplesse est toutefois communément admise :

Notamment en présence d’un -e muet (que l’on prononce ou pas)


il y a l’oubli

puis au détour d’une rue

une évidence


Ici, j’ai décidé que le -e à la fin du mot « évidence » ne serait pas muet, ce qui m’a permis de gagner une syllabe tout en gardant un mot qui me tenait à cœur.


Et en présence de deux voyelles contiguës. Ainsi le mot « violon » peut être séquence, soit VI/O/LON, soit VIO/LON. Philippe Costa, dans son livre, « Petit Manuel pour écrire des haïku » nous dispense quelques conseils. Libre à nous de les suivre. J'en ai sélectionné quelques-uns :


1. Ne pas faire rimer les séquences

2. Ne pas utiliser de ponctuation

3. Créer des images avec des mots

4. Jouer avec l’ordre des mots

Il est vrai qu’en changeant la place des mots, le « paysage » peut être tout autre,

on peut donc aussi envisager de jouer avec les séquences.

Si je reprends mon haïku cité plus haut, je peux le modifier comme ceci :


une évidence

puis au détour d’une rue

il y a l’oubli


5. Petite astuce : trouver au préalable le premier et le dernier mot « fort » du poème

6. Personnifier les objets inanimés, les animaux, les états d’âme

7. Établir des correspondances entre des mondes qui s’ignorent

8. Etc. , Etc.: Monsieur Costa nous offre quelque 61 outils !


Mais écrire des haïkus, et les lire, c’est aussi méditer !


Alors, je vous souhaite une belle promenade méditative

et je vous remercie du fond du coeur de m'avoir accompagnée jusqu'ici.

A bientôt,


COSTA Philippe, Petit manuel pour écrire des haïku, Éditions Philippe Picquier, poche, 2010.

BERTIEAUX, Béatrice, Je ne vis pas dans un stylo, sur Amazon, format Kindle et broché, 2020.



23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout